Les SuperNains

Il quitte le nid

Mon bébé. mon tout petit bébé. Tu grandis tellement vite… Et je ne me rends pas compte que chaque jour qui passe, tu grandis et tout doucement tu prends de plus en plus d’indépendance et de distance…

Il est où mon bébé, il est où? (sur l’air de « il est où le bonheur ») (de rien) (la chanson-prise-de-tête-qui-te-reste-dans-la-tête, c’est cadeau!)…

Bon la drama queen ça suffit!!! En fait, je veux juste vous raconter comment j’ai été une super maman aux yeux de mon fils. Je suis une divinité absolue. Une icône maternelle…

Bon, OK,  je l’ai juste laissé allé dormir une nuit chez son copain, mais c’est quand même un motif à vénération ultime et pour la vie entière, non?

Oh ça va, laissez-moi rêver…

Donc après l’épisode du copain qui était venu dormir à la maison, je vous présente l’épisode de mon fils qui va dormir chez son copain.

En langage de parent, on appelle ça un retour de médaille. Ou rendre la pareille. J’ai pris le nain d’une autre maman à dormir, c’est plutôt normal, voire obligatoire, qu’elle se farcisse aussi mon nain chez elle. Juste retour des choses…

Si tu ne veux pas te taper un mauvais retour de karma le restant de ta vie, tu es obligée de faire la même chose…

Bref, mon Zo est parti dormir chez son copain.

Niveau organisation, j’étais au top! Non, je rigole. Faut pas abuser… J’ai préparé un sac à dos à l’arrache, je n’ai pas oublié la brosse à dent et le doudou, en revanche, j’ai oublié la veilleuse et les chaussettes propres. On ne se refait pas, hein !

J’aurai pu donner son sac à dos au nain afin qu’il le transporte de partout, toute la journée mais je ne suis pas pourrie.

C’est surtout que garder le sac me donnait une excuse pour rejoindre Zo à la sortie de l’école, d’abord pour récupérer son cartable (merci bo-bonne!) et donner le dit sac à dos (avec la moitié des affaires) au papa du copain. En fait, je tenais surtout et absolument à câliner mon bébé avant qu’il ne parte pour toujours, si loin de moi…

Drama queen un jour…

J’avais besoin de le sniffer avant qu’il ne parte. J’avais besoin de passer ma main dans sa touffe de cheveux. J’avais besoin de lui faire des bisous, des tonnes de bisous (ce qu’il déteste que je fasse devant ses copains!).

Il ne partait pourtant pas loin (l’autre bout du village) et pas longtemps (à peine 24h!) mais j’ai cru que j’allais crever. Vous voyez un toxico en manque? Bah, la même. Le glamour et la beauté naturelle en plus, je suis SuperMam, en même temps. Il faut que je garde une certaine image de marque…

Alors non, ce n’était pas la première fois qu’il ne dormait pas à la maison. Il part assez souvent chez mamie et papi. Il est déjà parti en colonie… Mais là, plus que le fait qu’il parte, j’étais stressée de ne pas savoir comment il allait se comporter chez les parents ultra friqués de son copain…

A la maison, il arrive qu’il teste ses cordes vocales avec le lancement d’un petit gros mot de temps en temps. Gros mot que nous essayons de freiner et de lui faire oublier bien sûr… Alors ce n’est pas la fin du monde qu’il essaie chez nous, mais ça me ferrait franchement chié qu’il se lâche chez son copain! Et puis, allait-il être poli, courtois, gentil, ne pas faire une crise lorsque le copain ne voudrait pas lui prêter un jouet?

Vous la voyez monter la pression de l’enfant bien élevé? Diktat de la société institutionnalisé depuis des siècles, fourré dans le crâne des parents depuis des générations d’autres parents… Ton statut social passe par la bonne éducation de ton mioche… Mioche en qui tu places toutes tes attentes de mère (im)parfaite pour une vie sociale à peu près réussie…

Bon je vous le dis, mon fils est bien élevé et ma vie sociale devant le portail de l’école ne sera donc pas foutue…

Pour finir, je vous dirais juste qu’il m’a manqué le bougre. Juste un tout petit peu. Bon, OK, ÉNORMÉMENT! INFINIMENT!

Bon, par contre, soyons honnête, quand il est revenu et qu’il a commencé à se chamailler avec sa sœur et à hurler comme un dératé parce que la minie voulait rentrer dans sa chambre, il me manquait moins. Beaucoup beaucoup moins.

 

SuperMam, maman névrosée, pas prête à les laisser s’envoler malgré tout…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s